Les Cartes pour l'Égalité sont les seules cartes à jouer paritaires au monde.


Elles ont été créées pour célébrer le 500e anniversaire des cartes françaises classiques.


Deux femmes et deux hommes siègent désormais à chaque niveau hiérarchique.


Les initiales classiques “R”, “D”, “V” sont conservées, ainsi qu'un graphisme classique pour que vous puissiez pratiquer tous vos jeux habituels : bridge, poker, belote, rami, vingt-et-un, canasta, patiences.

Mais les Rois ne dominent plus les Dames.


R” : 2 Reines et 2 Rois, tiennent un sceptre et sont coiffé-e-s d'une couronne.
D” : 2 Ducs et 2 Duchesses, tiennent une épée et sont coiffé-e-s d'un chapeau ou d'un voile.
V” : 4 Valets, main sur la hanche, portent les noms de femmes et d’hommes révolutionnaires qui luttèrent pour la République et l’égalité femmes / hommes


Les Cartes pour l'Égalité sont un jeu de 54 cartes accompagné d'une notice explicative et historique. Produites par un grand fabricant de cartes à jouer, elles sont livrées sous cellophane et étui carton original. 


Commandez-les exclusivement dans notre boutique sécurisée au prix unitaire de 9,80 € par carte bancaire ou compte Paypal (réductions de 10 % à 20 % selon les quantités, à partir de 3 jeux).



**

Nouvelle donne !

Les Cartes pour l’Égalité ont l'ambition de contribuer au remplacement des cartes actuelles. Elles proposent de prendre en main un nouveau modèle social, de jouer le jeu autrement, de placer devant des choix éthiques, de réinterpréter notre héritage historique, particulièrement en ces années de débats passionnés sur l'égalité salariale et la parité dans la politique et les conseils d’administration. 






Depuis 500 ans les cartes françaises nous donnent l’image d’un monde au sommet duquel trône un homme. Ce monde est celui de toutes nos parties de belote, de bridge, de poker ou de réussites.

Est-il si loin du monde où nous vivons ? Un monde où les hommes gagnent en moyenne 37 % de plus que les femmes dans le secteur concurrentiel. Un monde où 90 % des membres de conseil d’administration, 90 % des maires de communes de plus de 3500 habitants, 80 % des députés et 72 % des sénateurs sont des hommes.

Dans ce monde là des femmes se font pourtant leur place comme dirigeante d’entreprise ou de parti politique, conseillère régionale, juge, responsable de service, responsable de projet. Elles redistribuent les cartes tant et si bien qu’elles redessinent ces cartes et élargissent ainsi l’image des Dames.  Voici que la Dame de carreau échange son bouquet de fleurs contre le sceptre doré d'une Reine et vient siéger au côté du Roi de pique.

Et bien leur jeu nous plait et nous voulons nous aussi ces nouvelles cartes : des cartes où les reines valent autant que les rois et où tous les niveaux sont mixtes.

Est-ce une lubie de notre part ? Souvenez-vous que dans l’histoire de France de nombreuses femmes gouvernèrent la France en toute légitimité. Je ne parle même pas des reines qui collaborèrent au gouvernement de leur époux. Je parle des 21 femmes qui gouvernèrent la France depuis sainte Clotilde au VIe siècle. On préfère souvent rappeler l’influence des favorites mais des femmes plus nombreuses exercèrent le pouvoir en pleine lumière. La lettre « R » désignera donc les Reines et les Rois.



Quel chamboulement dans nos repères ! La hiérarchie chancelle ! Qu’elle chancelle encore : vous savez qu’à la belote le valet joué à l’atout est la carte maîtresse. Et bien tout en bas de l’échelle nous donnerons à nos Valets des noms de révolutionnaires féministes.

Et au milieu ? Et bien nous offrirons la lettre « D » à des Duchesses et à des Ducs.




Rassurez vous, cela ne change rien à vos habitudes de jeu : nous gardons la hiérarchie inhérente à nos cartes. Simplement nous la rendons moins naturelle, plus instable, comme à la veille d’une révolution. Pour différencier les niveaux hiérarchiques entre les Reines–Rois et les Ducs–Duchesses, nous ne changeons rien à l’ordre et au choix des initiales « R », « D », « V »  et nous allons renforcer l’unité et la visibilité des attributs propres à chaque niveau hiérarchique : sceptre et couronne pour reines et rois ; épée et simple couvre-chef pour ducs et duchesses. La fonction passe désormais plus clairement avant le sexe.




Pour l’esthétique globale, ces nouvelles cartes veulent s’inscrire dans le prolongement des cartes classiques qui ont évolué par paliers depuis les premières cartes au « portrait de Paris » ou « portrait français » vers 1510 . Nous n’avons pas souhaité modifier radicalement l’esthétique et les repères, comme le firent en pure perte les cartes éditées pendant la Révolution Française ou le Premier Empire. Nous n’avons pas non plus souhaité ajouter une belle « vue d’artiste » à celles qui existent déjà. Nous restons modestement dans les formes imposées car nous avons l’ambition de créer un nouveau « Portrait français » : le 9e, à l’occasion des 500 ans de sa naissance. Il devient ainsi le « Portrait Français 2010 ».


Nous gardons donc les mêmes figures, les mêmes enseignes (pique, cœur, carreau, trèfle), les mêmes lettres en coin (R, D, V), les mêmes couleurs aux vêtements et le même style général conservé par nos bonnes vieilles cartes depuis 1813. Nous changeons seulement quelques étoffes, quelques objets , l'orientation et la place de certains personnages et leur nom  Nous espérons ainsi convaincre les joueuses et les joueurs d’adopter les « Cartes pour l’égalité » comme outil pour troubler la hiérarchie de genre et comme jeu tout simple et familier pour s'amuser entre ami-e-s ou en famille.

-   G. Jobbé-Duval     www.cartes-egalite.com   -

"Cartes pour l'Égalite", "Portrait français 2010" et "Portrait de Paris 2010", sont des marques déposées par G. Jobbé-Duval.

Nouveau
Cartes pour l'égalité
* Le prix inclut la TVA mais pas la livraison .